QUELS SONT LES CONSÉQUENCES DE LA POLLUTION PLASTIQUE SUR NOTRE ORGANISME ET L’ENVIRONNEMENT ?

Home / Non classifié(e) / QUELS SONT LES CONSÉQUENCES DE LA POLLUTION PLASTIQUE SUR NOTRE ORGANISME ET L’ENVIRONNEMENT ?

 

Le plastique nous entoure, nous envahit et pollue. Il pollue nos rivières, nos mers ainsi que notre organisme.

Par le biais de cet article, nous souhaitons essayer d’éclaircir la question des plastiques, de leurs effets sur notre corps et l’environnement, ainsi que la manière dont nous pouvons minimiser leur impact.

Le plastique est un élément omniprésent dans quotidien. Emballages de nourriture, de jouets, de vêtements, de cosmétiques, de sacs, de rideaux, d’ustensiles… On estime que 100 millions de tonnes de plastiques sont produites chaque année et une grande partie de celles-ci finissent dans les mers et les océans, constituant 80 % des déchets marins. Ils ne polluent pas uniquement l’environnement, ils ont également un effet nocif sur notre santé.

La communauté scientifique et les organisations de défense de la planète le dénoncent depuis des années. Elles constatent que nos mers en sont « infestées ». Au milieu de l’océan Pacifique, entre la Californie et Hawaï, une grand île de plastiques de 1,5 millions de km2 a été détectée. D’autres sont apparues au large des côtes du Chili et du Mexique.

Sans aller aussi loin, ici, dans notre mer Méditerranée, la densité de plastiques est comparable à celle des zones d’accumulation maximale : une pièce tous les 4 m2. Cela a un impact sur de nombreuses espèces marines comme les cétacés, les poissons, les oiseaux ou les requins qui peuvent se retrouver piégés dans les déchets ou risquent d’ingérer le plastique qui, à terme, provoquera leur mort.

Comment ces emballages arrivent-ils dans la mer ? Généralement en raison d’une gestion des déchets déficiente. Dans de nombreux pays, cela n’existe tout simplement pas et, dans d’autres, elle n’est soit pas opérationnelle ou soit mal exercée.

Mais ce ne sont pas uniquement les emballages qui provoquent ce problème. Des milliers de microplastiques, notamment les microsphères présentes dans certains produits exfoliants ou utilisés comme vecteurs de médicaments, se glissent dans nos éviers en esquivant les systèmes d’assainissement jusqu’à atteindre la mer.

Ecologistas en Acción: Informe basuras marinas. (Rapport déchets marins).

 

Quels sont les dangers du plastique pour la santé ?

La plupart des cosmétiques traditionnels (non écologiques) utilisent des parfums pour donner une odeur agréable à leurs formules. Ces parfums sont des mélanges complexes de plus de 100 substances odorantes accompagnés d’un fixateur de parfum : le phtalate. Ces phtalates, tels que le bisphénol A, sont également utilisés pour donner de l’élasticité au plastique.

Les phtalates sont des perturbateurs endocriniens, ce qui signifie qu’ils interfèrent avec un comportement hormonal correct et peuvent causer des dommages au niveau pulmonaire, dans le développement génital, des altérations du comportement ou le cancer du sein. Les résidus de ces cosmétiques finissent également dans nos rivières et provoquent des changements hormonaux chez les poissons. Le docteur Nicolás Olea, de l’Université de Grenade, a réalisé de nombreuses recherches sur le sujet et voici ce qu’il explique sur les perturbateurs endocriniens :  Voir la vidéo. 

Les perspectives ne sont pas très encourageantes.

Que faisons-nous en tant que fabricants ?

En tant que fabricants de cosmétiques écologiques, nous tenons toujours compte du contenu du cosmétique, mais également du récipient qui le contient et de la manière dont il est présenté. Nous veillons à ce que les déchets produits soient aussi peu nombreux que possible, afin de ne pas laisser d’empreinte. C’est ce que nous aimerions, mais que pouvons nous faire ? Jusqu’où pouvons-nous aller ?

Lorsque nous devons choisir un nouveau contenant pour certains de nos produits cosmétiques, nous n’avons pas beaucoup de choix : soit du plastique, soit du verre. Nous choisissons l’emballage en verre pour certaines formules, mais ce type d’emballage est incompatible avec les crèmes les plus fluides, car il est difficile de les appliquer correctement et de les utiliser entièrement. En outre, en plus d’être lourd, le récipient peut se casser et nécessite l’utilisation d’un emballage supplémentaire pour pouvoir effectuer l’expédition sans problèmes.

Lorsque nous employons un contenant plastique – pour les formules les plus liquides, pour celles qui ne peuvent pas être emballées dans un récipient en verre, qui doivent être facilement transportables, qui sont prévues pour que vous puissiez les emporter partout avec vous, à la plage, etc. – nous choisissons ceux approuvés par les organismes de certification et repris dans les catégories de plastiques les plus sûres. (1,2, 4 ou 5).

Pour l’instant, nous ne pouvons pas faire plus, nous n’en sommes pas satisfaits et voudrions aller un peu plus loin.

Le problème des plastiques à usage unique et de leur recyclage ultérieur est un problème qui touche notre planète. C’est pourquoi nous exigeons de nos fournisseurs (depuis notre modeste position) qu’ils consacrent des ressources à la recherche de nouveaux matériaux biodégradables et ne générant pas de déchet pour les emballages de cosmétiques.

Nous savons que des recherches commencent à être menées dans cette direction et que nous sommes proches de pouvoir penser à une autre alternative. Mais pour l’instant, aucun emballage pour les produits cosmétiques disponible sur le marché ne répond à ces exigences.

Il faut savoir que tout emballage utilisé doit être compatible avec le produit qu’il contient. De ce fait, le choix de celui-ci n’est pas toujours facile lorsque l’on travaille avec des huiles essentielles et des huiles végétales.

Il doit également offrir une bonne protection contre le rancissement et la contamination microbienne. Croyez-nous, ce n’est pas chose simple lorsque l’on est fabricant.

 

Comment différencier les plastiques les plus sûrs ?

Tous les emballages plastiques sont classés avec un code d’identification, qui est le numéro indiqué sur la partie inférieure des emballages. Les plastiques les plus toxiques sont le 7, le 3 et le 6, les plus sûrs sont le 1, le 2, le 4 et le 5.

Les types de plastiques : le Blog Vert

  • 1. PET (Polyéthylène téréphtalate). Le PET est principalement utilisé dans la production de bouteilles de boissons. De son recyclage, on obtient principalement des fibres pour le rembourrage des sacs de couchage, les tapis, les cordes et les oreillers.
  • 2. PEHD (Polyéthylène haute densité). Le PEHD est normalement utilisé dans les emballages de lait, de détergents, de l’huile de moteur, etc. Après recyclage, le PEHD est intégré à la fabrication des pots de fleurs, des conteneurs de poubelles et des bouteilles de détergent.
  • 3. V (Chlorure de polyvinyle). Le PVC est utilisé dans les bouteilles de shampoing, les emballages d’huile de cuisson, les articles de service pour les fast-foods, etc. Le PVC peut être recyclé en tuyaux de drainage et d’irrigation.
  • 4. PEBD (Polyéthylène basse densité). Le PEBD se retrouve dans les sacs de supermarché, les sacs à pain, les plastiques d’emballage. Le PEBD peut être recyclé pour produire de nouveaux sacs de supermarché.
  • 5. PP (Polypropylène). Le PP est utilisé dans la plupart des emballages de yaourts, sorbets, capsules de bouteilles, etc. Après recyclage, le PP est utilisé comme solives en plastique, marches pour les regards de visite de drainage, boîtes de batteries de voiture.
  • 6. PS (Polystyrène). Le PS se trouve dans les gobelets de boissons chaudes jetables et les barquettes de viande. Le PS peut être recyclé en solives en plastique, en boîtes de cassettes et en pots de fleurs.
  • 7. AUTRES. Cela indique généralement qu’il s’agit d’un mélange de plusieurs plastiques. Parmi les produits fabriqués à partir de ce type de plastique, nous pouvons citer : les bouteilles de ketchup à presser, les plats pour four à micro-ondes, etc. Ces plastiques ne sont pas recyclés car on ne sait pas avec certitude le type de résines qu’ils contiennent.

 

Voici nos sept conseils pour éviter la pollution due aux plastiques :

  1. Privilégiez l’achat de bouteilles et d’emballages réutilisables et/ou consignés.
  2. Évitez les sacs en plastique à usage unique. Utilisez des sacs en tissu, des paniers ou des chariots.
  3. Refusez les emballages et ustensiles à usage unique tels que les verres, les couverts ou les pailles.
  4. Jetez les déchets plastiques dans le conteneur approprié.
  5. Signez la pétition pour exiger au gouvernement espagnol de protéger les océans contre les plastiques.
  6. Évitez l’excès d’emballages. Bannissez les articles dont l’emballage est excessif (par exemple, les barquettes en polystyrène plastifié). Et donnez la priorité aux produits en vrac.
  7. Contrôlez les ingrédients de vos cosmétiques et fuyez les produits contenant des microplastiques : polyéthylène (PE), polypropylène (PP), PET, PMMA et/ou nylon.

VOUS N’EN TROUVEREZ PAS CHEZ AMAPOLA.

Comparte este artículoShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someonePin on Pinterest0